l'artiste au couteau irvine welsh

Le résumé de la quatrième de couverture :

Charlatan pour les uns, visionnaire pour les autres, le terrible Begbie est devenu un artiste bien installé en Californie. Mais un drame le ramène à Édimbourg où il retrouve sa vieille communauté. Là, entre un passé violent et un présent psychotique, les choses vont tourner vraiment mal, vraiment vite…

Une tragédie au scalpel, violente et rédemptrice.

 

Les amateurs de la plume, du style et des ambiances d'Irvine Welsh apprécieront cet ouvrage, tranchant et cru, avec pour personnage principal Begbie, le terrible Begbie de Trainspotting, qui a vieilli, changé, mais peut-être pas tant que ça au final... Les premières pages commencent comme un conte de fée, ou presque, mais rapidement la fougue reprend le dessus, même si maintenant Jim Francis, comme il se fait appeler, est un artiste contemporain reconnu en Californie.

J'ai vraiment apprécié ce livre, son ambiance, le calme qui apparait presque chez Begbie, sa nouvelle vie d'artiste, sa nouvelle famille. Puis retour à la case Edimbourg pour des événements pas simples, et retour aux sources et aux premiers démons... Il ne boit plus, il ne fume plus, mais il a toujours sa part d'ombre bien à lui, et ses excès de colère moins fougueux mais toujours aussi violents. Une chose est néanmoins sûre : il aime sa femme et ses deux filles plus que tout. Et gare à qui penserait seulement leur faire du mal. Un livre à découvrir en ce printemps ensoleillé, on ne s'ennuie pas quand on l'a entre les mains ! A lire !

 

 

480 pages / 22 euros

Merci aux Editions Au Diable Vauvert pour l'envoi de ce roman !