je sens grandir ma peur iain reid

Le résumé de la quatrième de couverture :

J’ai peur. Je me sens un peu fou. Je ne suis pas lucide. Les hypothèses sont justes. Je sens grandir ma peur.

Un garçon et une fille, dans une voiture lancée à travers la campagne enneigée. Il est absorbé par la route, elle est perturbée par des souvenirs brumeux, ainsi que par d’incessants appels provenant de son propre numéro. Parfois, ils parlent. S’aiment-ils ? Quelques heures plus tard, les voilà attablés face à leurs hôtes, ses parents à lui, dans une ferme reculée. La maison est glaciale, la mère se plaint d’entendre des voix, le couple stocke au sous-sol des peintures inquiétantes. Le fossé entre les deux amants se creuse, sous le poids de tous les non-dits. Et il y aussi cette angoisse, qui a point et ne cesse de grossir, jusqu’à ce que se produise l’innommable…
 
Distillé par un climat de terreur sans objet à la Stephen King, qui prend le lecteur en otage jusqu’à la chute, un thriller métaphysique sur l’incapacité du couple et la tentation de l’exil littéraire.  

 

Wahou, voici un livre qui m'a mis une belle petite claque... Je l'ai lu sur une journée, tant son style, son thème, ses personnages m'ont intriguée. Nous suivons au fil des pages de ce livre, un couple de jeunes gens qui va dîner chez les parents du jeune garçon, en pleine campagne, de nuit, sous la neige. Rien de palpitant jusque ici, mais on perçoit malgré tout que quelque chose d'étrange se trame. La jeune femme n'est pas sûre de ses sentiments, elle souhaite mettre un terme à leur relation d'ici peu. Elle reçoit également de mystérieux appels anonymes sur son téléphone, provenant de sa ligne. Surprenant, glaçant... Puis la fameuse rencontre avec les parents arrive, là aussi pleine de mystère...

Je n'ira pas plus loin dans l'histoire, il faut lire cet ouvrage pour le comprendre, se l'approprier, et se faire 'pièger'. J'ai en tout cas bien apprécié ce final, ces dernières pages qui nous scotchent et nous donnent envie de le relire une seconde fois. Le style est en tout cas juste parfait, et chaque lecteur passera un bon moment (de peur, de surprise, de frisson) en compagnie de Je sens grandir ma peur. Un thriller glaçant, avec une histoire qui se déroule en plein hiver par temps de neige, juste idéal pour la thématique. A découvrir à tout prix !

 

208 pages / 18 euros

Merci aux Editions des Presses de la Cité pour l'envoi de ce roman !