j'irai danser si je veux marie renée lavoie

Le résumé de la quatrième de couverture :

Diane danse comme une enclume, aime les chats, se trouve moche et déteste les mariages. Surtout le sien. Elle vient de se faire plaquer pour « quelqu’un d’autre » (sexe non-identifié mais prévisible, genre « jeune pétasse »)… Désagrégée ou presque, Diane est secouée par sa meilleure amie. Celle-ci lui suggère de se remettre au plus vite sur le marché de la séduction, en commençant tout doux par le « frenchage », le flirt. Ji-Pi, le charmant comptable du quatrième étage, marié, devrait faire l’affaire. Enfin, normalement…

 

Seconde découverte pour moi du tout nouveau label LJ avec J'irai danser (si je veux) de Marie-Renée Lavoie. Et encore une fois, belle découverte. Particularité ici toutefois, l'auteure est québécoise, alors au fil des pages on a l'accent du Québec qui vient sonner à nos oreilles avec les expressions et mots bien typiques du cru. Parfait pour une immersion dans un autre pays, avec des histoires de femmes toujours. Ici nous suivons le destin de Diane, la cinquantaine, quand son mari la quitte pour une femme beaucoup plus jeune. Elle se retrouve alors seule, avec malgré tout ses copines, ses grands enfants, ses collègues et ses voisins.

J'ai passé un vrai bon moment avec ce roman qui nous donne envie d'évasion, et nous apprend de nombreuses expressions québécoises (si le contexte n'est pas suffisamment clair, il suffit de se référer au lexique en fin d'ouvrage, et finis les doutes). Les péripéties de notre femme mûre fraîchement séparée mais au fond quand même encore amoureuse sont parfaites pour accompagner une après-midi de repos pendant les vacances. Détente et dépaysement assurés pour la lectrice.

 

256 pages / 11,90 euros

Merci au Label LJ pour l'envoi de cet ouvrage !